Actualités

Le 25 novembre : journée internationale contre les violences faites aux femmes

En 1999, l’Organisation des Nations Unies (ONU), a pris la décision de créer, le 25 novembre, la Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes.

Ces violences sont définies comme :

« Tout acte de violence dirigé contre le sexe féminin, et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée »

Sur le département du Val d’Oise, l’APUI, fort du soutien de la DDETS, du Conseil Départemental et des bailleurs Val d’Oise Habitat et Erigère, lance l’ouverture de 30 places d’hébergement et d’accompagnement des femmes victimes de violences.

L’ensemble de ces places seront accessibles via les travailleurs sociaux, les commissariats et gendarmeries. Ces derniers sont régulièrement confrontés à des situations de femmes violentées, pour lesquelles ils n’ont pas ou peu de solutions, à proposer.

Cette action participe au protocole de coopération signé entre les associations ARS95, APUI et Mon Ame Sœur. Ces structures ont une philosophie commune face aux violences faites aux femmes :

« agir maintenant, agir collectivement »

Violences Femmes Info

3919

Pour les femmes victimes de violences, ce numéro est joignable 24 h/24 et 7 jours sur 7, y compris par les personnes sourdes ou ayant des troubles du langage.

Hébergement d'urgence 14000 places supprimées

Hébergement d’urgence : des places adaptées hors hôtels !

Yannick Maurice Présidente de l’APUI

Le gouvernement est revenu sur la disparition programmée de 14000 places en 2022 et 2023

Qu’en sera-t-il en 2024 alors que les hôtels, mis à disposition depuis la période de crise sanitaire, veulent retrouver « leur vocation touristique », sans que cette perte ne soit compensée ?

Chaque année, des représentants de l’État clament haut et fort leur volonté de combattre le mal-logement, d’en finir enfin avec cette absurde réalité de plusieurs milliers de femmes, d’hommes et d’enfants dormant dehors, dans un hall d’immeuble, dans un squat, une salle d’attente d’hôpital, un campement, le canapé d’un quasi-inconnu, un studio du parc privé à la limite de l’insalubrité dans lequel se serrent sept personnes.

Les associations sont disponibles pour y contribuer, mais rappelons cependant que pour y parvenir, elles doivent disposer de clarté sur les moyens et la méthode, à commencer par la qualité des solutions d’hébergement qui seront proposées.

Ainsi, par manque de places dans les centres d’hébergements collectifs et face au nombre important de ces familles en errance, la solution mise en œuvre depuis de nombreuses années est la mise à l’abri dans des hôtels privés.

Cet hébergement hôtelier « Initialement conçu comme une solution d’hébergement transitoire, un accueil d’urgence, quelque chose de souple qui permettait de répondre vite et de mettre à l’abri des gens dans des conditions correctes, est aujourd’hui devenu incontrôlable. La philosophie d’origine est largement dépassée puisque aujourd’hui, plus de la moitié de l’hébergement en Île-de-France est assurée par de l’hébergement hôtelier, avec une durée moyenne de séjour à l’hôtel de deux ans et demi »

Cette situation s’est imposée « par facilité, mais aussi par pression » au regard du besoin considérable de places d’hébergement.

Pourtant, face aux dépenses explosives des hébergements à l’hôtel, pourquoi la volonté de construire ou de récupérer des logements et hébergements adaptés ne semble jamais apparaître comme une solution envisageable ?

L’objectif est-il de maintenir, coûte que coûte, des personnes dans l’assistance et le dénuement complet ?

Certes, réserver des chambres, est bien plus facile que de construire des centres. C’est une offre immédiatement disponible, avec une élasticité qui permet de s’adapter à la demande. Mais cela repose sur deux leurres :

Le premier, c’est de croire que l’hébergement hôtelier est provisoire et réversible. L’histoire prouve le contraire. On est passé de 2 500 nuitées en moyenne en 2005 à 14 fois plus aujourd’hui parce que la demande d’aide a explosé au fil des années, mais aussi parce que sortir de l’hôtel n’est pas simple.

Le deuxième leurre, c’est justement que la chaîne qui mène de l’hébergement au logement est embourbée, d’autant plus compliquée que les familles placées à l’hôtel se retrouvent isolées, sans accompagnement social ou si peu, et galèrent dans les démarches.

Les associations ont toutes en tête le caractère temporaire de leurs dispositifs d’accueil d’urgence et d’insertion, et que leur mission, est bien l’accès à un logement sécuritaire et stable, que ce soit pour les personnes isolées ou pour les familles. Il n’en reste pas moins que beaucoup de familles ne sont pas en capacité d’accéder directement à un logement en raison de difficultés sociales, administratives et économiques, ce que ne règlera jamais la priorité du gouvernement d’aller vers un nouveau plan quinquennal pour le logement d’abord.

Ceci dit, il n’en reste pas moins qu’il faut, sans aucune hésitation, remettre en question le développement et la généralisation du dispositif hôtelier dans la politique d’hébergement des personnes et des familles en errance quand il n’y a plus de places dans les centres d’hébergement d’urgence et que le parc social est saturé comme on peut le voir en s’intéressant aux listes d’attente des ménages reconnus prioritaires DALO, qui laisse particulièrement sceptique sur une politique efficace du « Logement d’abord » sachant que du côté de la construction de logements sociaux, la tendance est à la baisse.

En Île-de-France, le nombre d’agréments pour conventionner des logements sociaux était de 21.000 en 2020, soit le chiffre le plus bas depuis cinq ans. Il en faudrait 37.000 par an, selon le schéma régional de l’habitat.

L’objectif fixé pour la période 2020-2022 par l’État de construire 250 000 nouveaux logements sociaux d’ici la fin de l’année, ne sera pas atteint et sur les 250 000 logements sociaux prévus, seuls 180 000 devraient finalement sortir de terre.

Derrière tout ça, il faut donc un véritable plan d’insertion hébergement et logement pour aider ces familles à quitter l’hôtel, car faute de sortie, il faut quasiment créer une nouvelle place pour chaque nouvelle demande.

Avec la sortie de la crise sanitaire, « L’enjeu de la sortie d’hébergement d’urgence en hôtel sera beaucoup plus fort qu’en 2019 et 2020, c’est une véritablement bombe à retardement », sans parler du coût humain exorbitant, dans un contexte qui limite le droit au respect de la dignité des personnes, au regard du peu de droits et de recours face à leur situation et au vu du tarif mensuel des chambres dans les hôtels, de l’emploi des gestionnaires, du contrôle des hôtels, des rénovations, des travaux, etc.

En réfléchissant sur le long terme, construire des logements et loger même à titre gratuit l’ensemble des personnes sans abri coûterait « moins cher » à la société dans tous ses aspects qu’un système d’hébergement hôtelier qui entretient la précarité… les dépenses financières ne seraient plus aussi conséquentes dans plusieurs décennies si l’on investissait aujourd’hui dans des structures adaptées d’accueil et dans le recrutement de professionnels du secteur social et médico-social.

D’autant plus que dans les mois à venir, les politiques et les professionnels devront faire face à de nouveaux défis. Ainsi, même si l’hébergement d’urgence des déplacés ukrainiens (auquel il va falloir répondre en termes de places), sera financé intégralement par le ministère de l’Intérieur (Programme 303), l’enjeu est de taille (le conflit ne semblant pas près de s’arrêter) d’autant que les Jeux Olympiques de 2024 constituent, une nouvelle opportunité de spéculation immobilière qui contraint déjà le gel et la réduction de la capacité d’hébergement en hôtel.

Les données se sont affinées et les Drihl d’Île-de-France, qui commencent à s’inquiéter, ont signalé à la préfecture de région la perte d’au moins 7000 places d’hôtel à l’horizon 2024.

La préfecture de région a-t-elle réellement pris la mesure des conséquences de l’arrivée des JO quand elle déclare travailler à reconstituer la capacité d’accueil qui sera perdue, précisant : « L’hôtel n’est de toute façon pas une solution d’accueil digne et satisfaisante, nous cherchons des endroits dans la région pour créer des centres et pouvoir accueillir et mettre à l’abri ces publics“.

Alors, chiche ! prenons la préfecture de région au mot, car effectivement, outre un accueil digne et satisfaisant, croire que l’hôtel coûte moins cher que de construire des centres est un mauvais calcul ; si La nuit à l’hôtel est négociée autour de 21 euros en moyenne par mois et par personne (adulte ou enfant), une place en centre d’hébergement varie autour de 30 euros la nuit. Mais les prestations ne sont pas comparables. Les centres incluent un accompagnement social global, la nourriture, là où l’hôtel se résume à un lit.

Il reste un peu plus de 18 mois pour trouver des solutions avant la ruée des JO, ne serait-il pas temps que l’État et ses services déconcentrés prennent fermement la main sur les constructions de centres d’hébergement et de logements au niveau des collectivités locales qui repoussent de plus en plus vigoureusement ces types d’investissements.

Yannick Maurice
Présidente de l’APUI

Un logement seul ne suffit pas !

Depuis mars 2022, plus de 100 000 ukrainiens sont venus chercher la paix et la sécurité sur notre territoire.

Pour soutenir leurs démarches, nous avons développé à Cergy, un processus d’accompagnement social à partir de l’espace d’accueil départemental mis en place avec les services de la cohésion sociale (DDETS).

Ainsi, le Tiers-lieu accueille des réfugiés ukrainiens et leur propose une écoute, une prise en compte avec des solutions de premier accueil.

Cet espace assure également un accompagnement dans la durée, pour la stabilisation et l’insertion de ceux qui souhaitent rester en France, à travers plusieurs actions d’accès à l’emploi.

C’est en présence du Sous-Préfet à la relance, que la journée du 19 octobre 2022, fut l’occasion pour les déplacés ukrainiens en recherche d’emploi de bénéficier de l’accompagnement « Envergure ». Puis, le 26 octobre pour un groupe de sourds-muets ukrainiens qui a pu être pris en charge avec des interprètes.

Ces ateliers pilotés par l’association « Envergure » et mis en place au tiers-lieu, ont pour objectif « le support et l’insertion par l’emploi ». Ils ont déjà permis de toucher plus de 30 réfugiés ukrainiens.

Révélateurs de compétences », les ateliers « Envergure » sont mobilisés, afin de créer des liens, entre les réfugiés ukrainiens en recherche d’emploi et les réseaux partenaires, dont 5 agences d’intérim, présents dans 9 régions françaises, avec l’objectif de trouver un emploi aux ukrainiens en démarche d’intégration

Fidèle aux valeurs qui sont les nôtres depuis 1978, l’APUI désire permettre à tous ceux qui en ont besoin, de bénéficier d’un accompagnement global, intégrant la dimension : recherche d’emploi. Parce que la mise à disposition d’un logement seul, ne suffit pas : un logement pour retourner vers l’emploi, un emploi pour participer au vivre ensemble.

Des outils contre l’exclusion : l’APUI une Histoire

Il y a bientôt 50 ans, c’est sous l’appellation « Les Villageoises » que l’association APUI décide de regrouper dans un même lieu : un foyer de jeunes travailleurs, une résidence de personnes âgées, un centre d’hébergement et de réinsertion sociale.

Forte de cette expérience, l’APUI met aujourd’hui en place des parcours d’accompagnement, afin de permettre aux personnes victimes d’accidents de la vie, de trouver, non seulement l’écoute dont elles ont besoin, mais surtout, des solutions pour se loger. Qu’elles soient ponctuelles, sur le moyen ou le long terme, toutes les actions de « réinsertion par le logement », mises en place par l’APUI, sont encadrées par un protocole de reconstruction de la personne. Ainsi, les deux parties, l’association et la personne, s’engagent à mettre en place des actions, dans le cadre d’un contrat d’objectifs partagés.

Implantée historiquement à Cergy, l’association, est une association départementale qui compte plus de 14 sites dans l’ensemble du Val-d’Oise.

Depuis presque un an, outre les personnes en déshérence ou victimes de violences conjugales, les familles ukrainiennes sont également prises en charge par l’APUI, avec toujours la même volonté : accompagner les personnes en difficulté, pour se construire un nouveau projet de vie, qui ne peut débuter que par un logement où mettre sa famille en sécurité !

signature accord avec l'APUI

Pour aider les victimes de violences : Union de trois structures, pour la création d’un accompagnement sur mesure.

Qu’elles soient physiques, psychologiques ou sexuelles, commises à l’encontre d’un homme ou d’une femme, les violences conjugales ne sont plus acceptables ! En 2020, 102 femmes et 23 hommes ont été tués par leur partenaire ou ex-partenaire et 14 enfants mineurs sont décédés, tués par l’un de leurs parents.

Au quotidien en France, 16 femmes sont victimes de violences conjugales TOUTES LES HEURES !

Afin d’apporter des solutions, les associations MON ÂME SŒUR, ARS95 et APUI, se sont réunies le 29 septembre dernier, pour mettre en place une action commune à destination des victimes.

Un protocole d’accord a été signé entre les 3 structures, afin de faciliter la mise en commun de leurs compétences et de leurs outils à destination des victimes, des usagers, des professionnels et des collectivités.

signature accord avec l'APUI

Ce partenariat met en lien, dès aujourd’hui, des actions aux services d’un parcours d’accompagnement sur mesure avec :

  • Des permanences de primo accueil des victimes, avec astreintes d’écoute et de prise en charge,
  • Des intervenants spécialisés : Psychologues, post-traumatologues, avocats et travailleurs sociaux,
  • Des ateliers thérapeutiques et de reconstruction des adultes,
  • Des formations pour les professionnels et les forces de l’ordre,
  • La mise à disposition d’hébergement de « mise en sécurité »,
  • L’accompagnement des victimes vers le relogement.

L’engagement pris par MON ÂME SŒUR, ARS95 et APUI, est de construire ensemble une dynamique de solutions et d’accompagnement pour les victimes.

Soutenu par le Conseil Départemental, l’Etat (DDETS) et Action Logement, nous sommes convaincus que cette alliance saura apporter aux victimes le soutien dont elles ont besoin. Néanmoins, nous désirons aller encore plus loin : ainsi, dans les mois à venir, nous avons pour objectif de développer de nouvelles réponses de proximité à destination des victimes, avec, entre autres :

  • La prise en charge et l’accompagnement psychologique des enfants victimes de violences,
  • La gestion d’une plateforme de taxi social, destinée à aider les victimes, lors de leurs premières démarches d’urgence,
  • La mise en place, d’une offre d’hébergement anonyme et sécurisé, accompagnée d’un suivi social
    (Dispositif accessible aux travailleurs sociaux des commissariats et gendarmeries),
  • Le renforcement de la formation des travailleurs sociaux, en charge du suivi et de l’accompagnement des victimes.

S’appropriant le vieil adage, qui dit que : « L’UNION FAIT LA FORCE », les associations ARS95, MON ÂME SŒUR et APUI renforcent, avec ce protocole, leur capacité d’intervention en direction des personnes victimes de violences ; créant ainsi, un nouvel acteur majeur dans le département du Val-d’Oise.

En espérant qu’un jour, nos actions ne seront plus nécessaires, n’oublions pas aujourd’hui, qu’il y a encore 16 femmes victimes de violences conjugales, TOUTES LES HEURES !

Rentrée des classes pour les jeunes Ukrainiens.

Après avoir trouvé refuge sur le territoire français, il n’est pas toujours simple pour les parents ukrainiens, de voir leurs enfants intégrer les écoles de la République, en cette rentrée des classes 2022.

Pour ces parents qui ont tout quitté, afin de mettre leur famille en sécurité, de nombreuses questions et incompréhensions demeurent. Leurs enfants vont-ils être acceptés ? Comment les cours vont-ils se dérouler ? Vont-ils être accompagnés, dans l’apprentissage du français ? Face à une langue qu’ils ne maitrisent pas, comment pourront-ils, en tant que parents, soutenir leurs enfants dans leur scolarité ? …

Une source de stress pour les parents, comme pour les enfants, qu’il ne faut pas laisser s’installer !

C’est pourquoi, le mercredi 28 septembre, durant 1 h 30, des enseignants volontaires, du 1er et 2d degrés, viendront dans nos locaux, répondre aux interrogations légitimes des parents.

Cette rencontre sera aussi l’occasion de remettre gracieusement, aux familles ukrainiennes qui en ont besoin, des fournitures scolaires, dont leurs enfants pourraient manquer.

À ce titre, nous lançons un appel aux entreprises et aux particuliers qui désireraient soutenir cette action, en faisant un don en nature
(stylos, feutres, papiers, cahiers, compas, crayons…)

Les dons peuvent être déposés, tous les jours de la semaine,
à l’adresse suivante :

APUI
Résidence de Cergy 9, la Justice mauve

Pour les entreprises qui désireraient faire un don important, n’hésitez pas à nous contacter, pour que des membres de notre équipe puissent
passer récupérer vos dons (défiscalisation possible).
secretariat@apui95.org
01 30 30 72 22

Toute la population du Val D’Oise accompagne ces familles ukrainiennes, afin de leur offrir la possibilité de se reconstruire.

Ukraine : un Tiers-lieu sur Cergy, pour se construire un avenir.

Afin de répondre à l’urgence humanitaire, nous avons mis en place, le 21 mars 2022, un Tiers-lieu pour accueillir les déplacés ukrainiens. Cet espace, d’une surface de 150m², se situe sur le site de Cergy, au 9 rue de la Justice Mauve.

Ouvert du lundi au vendredi, de 11 heures à 18 heures, cette structure nous permet d’accompagner en moyenne 30 personnes par jour. La mission du Tiers-lieu est de proposer aux familles de réfugiés un hébergement d’urgence, une aide alimentaire et une prise en charge médicale. Une assistance psychologique est proposée à ces familles pour les aider face au traumatisme qu’elles ont subi.
La situation internationale ne permettant pas, à ce jour, de définir la durée du conflit, un accompagnement dans les démarches administratives a également été mis en place, ainsi que des cours de français 4 jours par semaine. Les enfants ont pu rejoindre les écoles françaises. Des fournitures scolaires leur ont été remises gracieusement.

Au-delà de l’APUI Les Villageoises, qui depuis 1978, prend en charge les personnes en difficultés, c’est tout le département du Val-d’Oise et sa population qui tend aujourd’hui les bras à ces familles ukrainiennes.

Décès de notre Vice-président, M. Christian Didelet

Un engagement complet depuis 2018.

C’est avec beaucoup d’émotion que nous apprenons aujourd’hui le décès de  Christian Didelet, Vice Président de l’Apui les Villageoises.
Présent assidu depuis de nombreuses années au sein de notre association, membre actif du bureau et du comité de direction depuis 2018, il nous fera défaut,  sans aucun doute.

Fort de son engagement, le conseil d’administration et moi-même présentons, à sa famille et à ses proches nos plus sincères condoléances 

La Présidente Yannick Maurice

Stage coding et valeurs républicaines

Pour les enfants de l’APUI
Du 08 au 12 août 2022

C’est la structure « Digital School France », qui accompagne les enfants de l’APUI les Villageoises durant ce stage d’une semaine, autour des valeurs républicaines et du coding.
Associant ainsi pédagogie et citoyenneté, les enfants se verront remettre, ce vendredi 12 août 2022, à la mairie de Cergy, par le M. Le Maire et le Préfet, un diplôme. Cet événement marquera la conclusion d’une semaine, qui a peut-être permis à certains et à certaines de découvrir une future vocation.

Violences conjugales – Mise en sécurité

DISPOSITIF :
Mise en sécurité

Aujourd’hui, vous avez pris votre voiture ou les transports en commun,
vous êtes allé travailler ou vous êtes sorti pour vos loisirs…

Combien en avez-vous croisées ?

16 femmes sont victimes de violences conjugales
TOUTES LES HEURES  !!!

3919
NUMÉRO NATIONAL POUR
LES VICTIMES DE VIOLENCES

Cliquez, pour nous suivre sur Linkedin